Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Infections et virus

Herpès : huit types de virus

—Stephen Sacks, MD, FRCPC, révision assurée par l'équipe médicale de MediResource

La famille de l'herpès comprend huit types de virus différents qui affectent les humains. Leur appellation officielle est indiquée par des nombres de 1 à 8 de la façon suivante : virus herpétique humain 1 à 8 (VHH1-VHH8).

Virus herpétique humain de type 1

Le virus herpétique humain de type 1 (VHH1) est aussi connu sous le nom de virus de l'herpès simplex de type 1 (HSV1). Il cause plus particulièrement les boutons de fièvre autour de la bouche. Le VHH1 peut aussi entraîner une infection de la région génitale et provoquer un herpès génital. Les infections au VHH1 sont contagieuses et se propagent habituellement à travers des lésions de la peau ou par les muqueuses, lors d'un contact épidermique direct avec personne infectée. Le VHH1 est plus susceptible de se propager par des objets, tel le partage des ustensiles, des rasoirs et des serviettes avec une personne qui présente une lésion évolutive.

Virus herpétique humain de type 2

Le virus herpétique humain de type 2 est aussi appelé virus de l'herpès simplex 2 (VHH2). Il cause plus particulièrement l'herpès génital, une infection transmise sexuellement. Il peut aussi provoquer des boutons de fièvre dans la région du visage. Tout comme le VHH1, le VHH2 est contagieux et se propage par contact épidermique direct. Le contact sexuel constitue la principale voie de transmission, étant donné que le virus ne survit pas très longtemps à l'extérieur de l'organisme.

Virus herpétique humain de type 3

Le virus herpétique humain de type 3 (VHH3) se nomme aussi virus de la varicelle et du zona. Le VHH3 est responsable de la varicelle. Il cause parfois une infection virale récurrente de la peau appelée herpès zoster ou zona. Le zona survient lorsqu'un virus de la varicelle et du zona, demeuré latent après une poussée initiale de varicelle, est réactivé. Comme son proche parent le VHH1, l'herpès zoster à tendance à infecter les cellules cutanées et les neurones. Le virus apparaît parfois le long du parcours des fibres nerveuses, causant de multiples vésicules à l'endroit où elles aboutissent aux cellules cutanées. Étant donné que l'infection atteint souvent tout un groupe de neurones, le zona est habituellement plus violent que la récurrence d'un herpès simplex. Les lésions apparaissent généralement sous forme d'une sorte de bande ou de ceinture qui se dessine sur un côté du corps et elles sont souvent accompagnées de démangeaisons, de fourmillements ou même de douleurs très fortes. La guérison s'opère entre 2 et 4 semaines et il arrive qu'il reste des cicatrices. Une névralgie post-herpétique est une complication du zona qui fait que les douleurs liées à l'infection peuvent persister pendant des mois et même des années. La plupart des gens qui développent un zona n'ont pas de récidive.

Virus herpétique humain de type 4

Le virus herpétique humain de type 4 (VHH4) est aussi connu sous le nom de virus d'Epstein-Barr. Il constitue la principale cause de mononucléose infectieuse, ou « mono » - « la maladie du baiser ». C'est une maladie contagieuse qui se transmet par la salive. La toux, les éternuements ou le partage des ustensiles avec une personne infectée peuvent propager le virus d'une personne à l'autre.

Virus herpétique humain de type 5

Le virus herpétique humain de type 5 (VHH5) est le nom homologué du cytomegalovirus (CMV). Le CMV provoque aussi la mononucléose. Il arrive que chez des personnes dotées d'un système immunitaire en bonne santé, le virus ne provoque même pas de symptômes. Il peut être transmis par contact sexuel, au cours de l'allaitement, lors de transfusions sanguines ou de transplantations d'organes. Il risque de causer des problèmes aux nouveaux-nés et d'entraîner une hépatite. L'infection au CMV compte parmi les complications les plus dangereuses du SIDA. Il peut entraîner des diarrhées, de graves problèmes de vision y compris la cécité, des infections à l'estomac et à l'intestin et même la mort. Alors que le virus est pratiquement inoffensif chez la plupart des personnes qui possèdent un système immunitaire fort, il peut être étonnamment néfaste pour des personnes dont le système immunitaire est affaibli, telles les personnes atteintes du SIDA.

Virus herpétique humain de type 6

Le virus herpétique humain de type 6 (VHH6) a récemment été observé dans les cellules sanguines de patients souffrant de diverses maladies. Il provoque la roséole (une maladie virale causant de fortes fièvres et des démangeaisons cutanées chez les jeunes enfants) et une variété d'autres maladies associées à la fièvre chez les enfants de ce groupe d'âge. L'infection compte pour de nombreux cas de convulsions liées à la fièvre infantile (crise hyperpyrétique).

Virus herpétique humain de type 7

Le virus herpétique humain de type 7 (VHH7), dont l'observation est encore plus récente, est étroitement lié au VHH6. Tout comme les autres virus herpétiques humains, les VHH6 et VHH7 sont tellement répandus que la plupart des humains en ont été affectés à une période ou l'autre de leur vie. Le VHH7 provoque lui aussi la roséole, mais ses autres effets cliniques sont mal connus.

Virus herpétique humain de type 8

Le virus herpétique humain de type 8 (VHH8) a récemment été découvert dans les tumeurs appelées sarcome de Kaposi (SK). Ces tumeurs se trouvent chez les personnes atteintes du SIDA, mais sont autrement très rares. Le SK forme des nodules violacés, sur la peau et ailleurs sur d'autres tissus de certaines personnes souffrant du SIDA. Il est très difficile à traiter avec des médicaments. Le VHH8 peut aussi provoquer d'autres cancers dont certains lymphomes (cancer des ganglions) associés au SIDA. Le fait que ces cancers soient causés par un virus explique qu'ils aient tendance à se développer chez les personnes atteintes du SIDA à partir du moment où leur système immunitaire décline. La découverte fournit aussi un nouvel espoir pour le développement d'un traitement spécifique de ces tumeurs, un traitement qui attaquerait le virus.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens