Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Santé des aînés

Troubles de la prostate

En école de médecine nous avons appris que si vous étiez un homme et que vous viviez suffisamment longtemps, vous serez probablement atteint d'un cancer de la prostate. On nous a également enseigné que les hommes meurent plus souvent avec un cancer de la prostate que d'un tel cancer. Des moyens existent pour augmenter la possibilité d'un diagnostic plus précoce des troubles de la prostate, ce qui va, on l'espère, entraîner une amélioration des résultats.

Emplacement et fonction

La prostate forme un manchon autour de l'urètre (tube reliant la base de la vessie au pénis). Il s'agit d'un petit organe de la taille d'une noix qui est important pour les fonctions de reproduction. Pour fertiliser l'ovule mûr, les spermatozoïdes doivent entreprendre un voyage périlleux, à travers les sécrétions vaginales acides, le col de l'utérus et l'utérus, jusqu'aux ouvertures des trompes de Fallope. Ces cellules fragiles et mobiles ont besoin d'un milieu sécuritaire dans lequel elles peuvent se déplacer facilement sans être endommagées. De manière analogue à la projection de mousse ignifuge sur la piste pour amortir le contact de l'avion lors d'un atterrissage en urgence, lors de l'éjaculation la prostate sécrète dans l'urètre un fluide alcalin et nutritif qui va se mélanger au sperme provenant des tubules testiculaires, le tout formant le liquide séminal qui sera déposé dans l'appareil génital femelle.

Types de troubles de la prostate

La croissance et l'activité des cellules prostatiques sont sous l'influence des hormones sexuelles comme la testostérone. Comme le nez et les oreilles des personnes âgées, la prostate augmente de volume avec l'âge, c'est ce qu'on appelle une hypertrophie bénigne de la prostate. À mesure que la glande grossit, elle appuie sur les structures avoisinantes, notamment sur l'urètre. Ce phénomène peut empêcher la vessie de se vider et nécessiter un traitement médical ou chirurgical pour éliminer l'obstruction. La prostate peut s'infecter, provoquant une affection douloureuse qui est parfois difficile à éradiquer. Les infections entraînent une inflammation et un gonflement, aboutissant à une obstruction urinaire partielle ou totale, à une douleur et à une fièvre. Étant donné que les tissus graisseux de la prostate sont mal irrigués, il faut prolonger le traitement par antibiotiques (comme le Cipro® ou le Septra®) sur plusieurs semaines pour éradiquer l'infection.

Comme les cellules glandulaires du sein chez les femmes, les cellules de la prostate sont sous l'influence d'hormones et peuvent devenir cancéreuses. Ces cellules cancéreuses restent d'abord en place et se divisent lentement, provoquant une hypertrophie graduelle de la tumeur. Une fois que la masse cancéreuse atteint une certaine taille, on peut la détecter lors d'un toucher rectal. Après une période de croissance in situ, le cancer se propage ou métastase à d'autres parties du corps, en particulier aux os.

Les cellules de la prostate sécrètent une petite quantité de protéine, appelée antigène prostatique spécifique (APS), que l'on peut détecter grâce à un test sanguin. Étant donné que la quantité de tissu prostatique augmente avec l'âge, le taux d'APS augmente habituellement avec l'âge, passant de 0,7 ng/ml entre 40 et 50 ans à un taux pouvant atteindre 1,5 ng/ml à l'âge de 70 ans. Un taux élevé d'APS peut résulter d'une hypertrophie de la prostate, d'une infection, d'une manipulation ou d'un cancer de la prostate. Les techniques plus récentes ont permit d'identifier et de distinguer deux sortes d'APS : l'APS libre et l'APS complexé qui est lié à d'autres molécules. Dans le cas du cancer de la prostate, le ratio APS libre sur APS total est beaucoup plus faible que dans d'autres affections de la prostate ; ce ratio fournit donc des informations importantes pour planifier des examens supplémentaires et le traitement.

Traitements et effets secondaires

L'hypertrophie bénigne de la prostate se traite habituellement par résection transurétrale de la prostate (RTUP), qui consiste à réaliser l'ablation d'une petite quantité de tissu glandulaire à l'aide d'un cystoscope que l'on insère dans le pénis. Les effets secondaires possibles comprennent notamment une obstruction temporaire nécessitant une cathétérisation, une infection et, parfois, une dysfonction érectile. Plus récemment, on a découvert des médicaments qui bloquent le nerf et la stimulation hormonale des cellules prostatiques, ce qui leur permet de diminuer de taille.

On peut traiter le cancer de la prostate au moyen d'une intervention chirurgicale pour éliminer le tissu cancéreux, d'une castration pour éliminer les hormones qui stimulent la croissance tumorale, de médicaments qui inhibent la production, la sécrétion ou l'activité des hormones qui stimulent la tumeur, d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie. En plus des effets secondaires courants de la chirurgie et de la chimiothérapie, ces traitements entraînent fréquemment une obstruction temporaire des voies urinaires, une dysfonction érectile et une perte de libido. Une détection précoce du cancer de la prostate est associée à de meilleurs taux de rémission à long terme.

Controverse au sujet de l'APS

Il existe un certain désaccord sur la question des bienfaits potentiels d'un dépistage systématique de l'APS pour tous les hommes âgés de plus de 40 ans. Les partisans d'un dépistage de routine attirent l'attention sur le fait que le dépistage améliore le diagnostic précoce d'un cancer fréquent et curable, avant même qu'on ne puisse le détecter lors d'un examen physique. Les opposants au dépistage de routine mettent en avant les frais associés et le fait que ce dépistage va entraîner des biopsies invasives et des traitements superflus pour des personnes présentant des troubles de la prostate n'évoluant pas vers une maladie grave. Bien que la décision d'un diagnostic de routine reste en suspens, vous pourriez être intéressé de savoir, en tant que lecteur, que je paye pour effectuer un dosage régulier de l'APS, de même que presque tout médecin d'âge moyen de ma connaissance. Les recommandations concernant le protocole de dépistage sont variables, mais la plupart des experts s'accordent pour dire que c'est le changement relatif du taux d'APS qui est important, plus que le taux absolu. Un taux initial déterminé vers l'âge de 40 - 45 ans est donc précieux car il servira de référence pour les taux de PSA obtenus régulièrement par la suite. Cette méthode constitue un système d'alarme sensible pour détecter les cancers de manière précoce.

Bilan

Le cancer de la prostate est la deuxième forme de cancer la plus fréquente chez les hommes. Les femmes souffrent de cancer du sein et nous souffrons de troubles de la prostate. Il existe une controverse en ce qui concerne les meilleures méthodes de dépister et de traiter ces deux affections. Cependant on s'entend généralement sur le fait que, dans les deux cas, une détection précoce est associée à de meilleurs résultats.

Surveillez l'apparition de changements du flux urinaire, comme une difficulté à uriner le matin, une augmentation du temps nécessaire à vider la vessie, une douleur ou un inconfort. Effectuez des examens physiques réguliers et attendez-vous à subir un toucher rectal si vous avez plus de 40 ans. Envisagez de demander un dosage de l'APS, mais ne soyez pas surpris si vous devez payer entre 30 et 40 $ pour ce test.

Selon l'opinion d'un homme vieillissant, cela semble être une assurance très bon marché.

- Dr Ray Baker, B.Sc. (Hon), M.D. FCFP, FASAM


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens