Santé digestive

Intolérance au lactose

Si vous avez une intolérance au lactose, votre cas n'est pas unique. En fait, on estime que 70 % des adultes sont intolérants au lactose, à un degré ou à un autre. Définie comme l'incapacité à digérer le lactose, sucre naturel que contiennent les produits laitiers, l'intolérance au lactose touche les hommes et les femmes de façon égale. Cependant, elle touche davantage certains groupes ethniques (par ex. les Asiatiques et les Hispaniques) et certaines personnes (par ex. celles nées prématurément).

L'intolérance au lactose n'est pas la même chose qu'une allergie au lait. Cette dernière se produit quand le système immunitaire de la personne réagit à au moins une des protéines du lait. Contrairement à l'intolérance au lactose, l'allergie au lait peut mettre la vie en danger; en règle générale, elle est diagnostiquée au cours de la première année de vie.

Le lactose est le sucre qu'on retrouve naturellement dans les produits laitiers. Il s'agit d'un disaccharide, c'est-à-dire qu'il est formé de 2 sucres simples : le glucose et le galactose. Habituellement, l'organisme produit une enzyme, la lactase, qui brise le lien entre les 2 sucres simples afin qu'ils soient absorbés dans la circulation sanguine et métabolisés. Les personnes qui ont une intolérance au lactose sont incapables de produire cette enzyme, et le lactose qu'elles ingèrent reste dans leurs intestins. Ce déficit peut avoir diverses conséquences, notamment des douleurs abdominales, une diarrhée, de la flatulence et des ballonnements.

Il existe 3 types d'intolérance au lactose :

  • l'intolérance primaire au lactose est due aux conditions de vie et apparaît dans les sociétés qui, en règle générale, ne consomment pas de produits laitiers. Tandis que la production de lactase diminue pour la plupart des personnes à mesure qu'elles avancent en âge, cette diminution est souvent plus considérable pour les nourrissons sevrés dans des populations où les produits laitiers ne font pas partie de l'alimentation normale. Ces personnes peuvent perdre jusqu'à 90 % de leur capacité à produire de la lactase au cours des 4 premières années de leur vie. Par conséquent, cette observation donne à penser que presque tous les Asiatiques et les Amérindiens ont une intolérance au lactose étant donné que leur régime alimentaire ne comporte pas les produits laitiers usuels;
     
  • l'intolérance secondaire au lactose est également due aux conditions de vie et découle de certains troubles gastro-intestinaux. Parfois, l'intolérance secondaire au lactose n'est que temporaire quand elle provient d'une exposition à des parasites intestinaux. Elle peut aussi apparaître après la survenue du syndrome du côlon irritable, de la maladie de Crohn ou de la maladie cœliaque;
     
  • l'intolérance au lactose due à un déficit congénital en lactase, est une affection à caractère héréditaire. Elle est présente dès la naissance et empêche l'organisme de produire la lactase qui permettrait l'assimilation du lactose.

Les médecins sont en mesure d'établir un diagnostic d'intolérance au lactose à l'aide d'analyses du sang, de l'haleine ou des selles. En outre, en éliminant le lactose de l'alimentation durant 1 ou 2 semaines et en vérifiant si les symptômes disparaissent, il est possible d'avoir une idée de la présence ou de l'absence d'une intolérance au lactose. On ne considère pas l'intolérance au lactose comme une affection grave, et elle ne requiert habituellement pas de traitement autre que la prise de pilules et de gouttes en vente libre qui contiennent de la lactase.

Il s'agit d'une affection facilement prise en charge, et les personnes qui en sont touchées n'ont pas besoin d'éviter complètement les produits laitiers. Elles peuvent quand même consommer de petites quantités de lait contenant peu ou pas de matières grasses ou ingérer les produits laitiers en même temps que d'autres aliments. La crème sure, le yogourt et la crème glacée peuvent aussi faire partie de leur alimentation, car la lactase peut déjà être présente dans ces aliments en raison des bactéries servant à leur fabrication. De leur côté, les fromages à pâte dure et le fromage cottage contiennent de petites quantités de lactose. Des produits à faible teneur en lactose, ou sans lactose, sont aussi offerts sur le marché afin de remplacer les produits laitiers classiques.

Si vous avez une intolérance au lactose, vous devriez également savoir que le lactose est souvent utilisé comme additif alimentaire et peut être présent dans certains aliments en boîte, en conserve, congelés ou préparés, comme le pain, les céréales, la charcuterie, les vinaigrettes, les préparations pour gâteaux et biscuits, ainsi que dans les colorants à café.

Les personnes ayant une intolérance au lactose doivent également s'assurer que leur alimentation quotidienne contient suffisamment de calcium – un minéral habituellement associé aux produits laitiers. Le calcium est essentiel pour la croissance et la réparation des os, et sa carence peut mener à l'ostéoporose. Selon l'âge et les antécédents médicaux, la quantité de calcium requise varie de 200 à 1 200 mg par jour.

Il existe de nombreuses sources non laitières de calcium, notamment les légumes vert foncé comme le brocoli, et les poissons tels que le saumon et la sardine dont on peut manger les arêtes. Puisque le lait est également une source de vitamine D, assurez-vous de choisir un supplément qui fournit suffisamment de vitamine D pour répondre à vos besoins (généralement entre 400 et 800 unités internationales par jour).

Plutôt ennuyante que cauchemardesque, la vie avec une intolérance au lactose est facilement gérable, il suffit de tenir compte de quelques précautions. En faisant des choix alimentaires judicieux et en prenant, au besoin, des suppléments de calcium ou encore des comprimés ou des gouttes de lactase, il sera possible de réduire les symptômes au minimum.

Brennan Robertson, B. Sc. honorifique (nutrition) [traduction]


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens