Santé sexuelle

La longueur compte-t-elle vraiment?

Sex eTalk with Kristen Mark
Notre chroniqueuse Kristen Mark vous donnera les réponses aux questions sur le sexe que votre timidité vous a toujours empêché de poser.

La longueur compte-t-elle vraiment ?

Le sujet de la sexualité peut nous amener à être gêné et rougir, mais nous avons tous des questions et des préoccupations reliées à ce domaine. La longueur compte-t-elle vraiment ? Ne devrais-je pas avoir plus de sensations ? Est-ce la bonne façon de s'y prendre ? Si vous avez des doutes sur vos prouesses ou sur votre performance, sur vos orgasmes ou sur tout autre sujet relatif à la sexualité, vous n'êtes certainement pas seul. Obtenez des réponses à ces questions d'ordre sexuel que vous n'avez jamais osé poser.

Q : Il me semble que mon pénis est trop petit. Quelle est la longueur moyenne ? La grandeur compte-t-elle vraiment ?

La longueur moyenne du pénis flasque va de 3,1 pouces à 4 pouces et la longueur moyenne du pénis en érection va de 5 pouces à 7 pouces. Il n'existe que peu de relation entre la longueur du pénis flasque et la longueur du pénis en érection. Toutefois, le pénis des hommes dont la longueur en état flasque se trouve près de la limite inférieure de la moyenne tend à croître davantage lorsqu'il est en érection que le pénis des hommes dont la longueur du pénis en état flasque est près de la limite supérieure de la moyenne.

Peu importe la taille, la longueur du pénis ne compte pas vraiment lorsqu'il s'agit de la physiologie de la pénétration hétérosexuelle. Le canal vaginal de la femme contient de nombreuses terminaisons nerveuses réceptives au toucher et la majorité de ces terminaisons nerveuses se trouvent dans le tiers extérieur du vagin. 5 pouces suffisent donc amplement à rejoindre et stimuler cette section.

Q : Je ressens très peu de plaisir à la seule pénétration, mais lorsque je me touche moi-même pendant qu'il est à l'intérieur de moi, je peux, à l'occasion, ressentir un orgasme. Cela est-il normal ?

Plusieurs femmes ne peuvent atteindre un orgasme par la pénétration pénienne seule. Dépendant de la position utilisée par votre partenaire et vous-même au cours des relations sexuelles, il se peut que le pénis seul ne puisse stimuler suffisamment les zones de votre corps qui vous amènent à un plaisir culminant. Une solution commune à ce problème est la stimulation manuelle du clitoris ou la stimulation du clitoris par le partenaire qui représente une façon couramment recommandée d'augmenter votre plaisir sexuel.

Toutefois, si cela vous préoccupe et que vous désirez obtenir un orgasme sans stimulation manuelle, faites l'expérience de positions différentes pour déterminer la meilleure façon de faire agencer vos corps. Visez à trouver une position par laquelle l'os du bassin de votre partenaire frotte contre votre clitoris. Amusez-vous ensemble et explorez les méthodes qui conviennent le mieux à tous deux.

Q : À quoi ressemble un orgasme féminin ? Je ne suis pas sûre d'en avoir ressenti un.

Il existe différentes façons de mesurer l'expérience de l'orgasme et il s'agit, pour plusieurs femmes, d'une sensation très difficile à expliquer en mots. Toutefois, du point de vue physiologique, vous ressentirez une augmentation de la circulation sanguine vers vos organes génitaux, de la coloration et de l'enflure de ceux-ci, une forte tension dans tout votre corps suivie de contractions musculaires rythmiques qui expulsent le sang vers les autres organes à nouveau. Cela ressemblera à un spasme musculaire de l'ensemble de votre corps, tout en étant plus concentré dans les organes génitaux, mais l'intensité diffère pour chaque personne. Certaines femmes ressentent une sensation pulsatile dans leurs organes génitaux tandis que d'autres ressentent un spasme musculaire de tout le corps.

De plus, certaines femmes trouvent qu'il existe des différences importantes entre les orgasmes clitoridiens et les orgasmes du point G (également connus sous le terme orgasmes profonds). Les orgasmes clitoridiens ressemblent plus à la sensation décrite plus haut tandis que les orgasmes du point G représentent une sensation plus profonde et parfois plus intense qui peut ressembler à ce qui se produit juste avant d'uriner. On a également décrit que l'orgasme du point G était accompagné d'une sensation de relâchement. Certains chercheurs suggèrent toutefois qu'il est faux de penser qu'il existe différents types d'orgasme pour les femmes et que, bien qu'il existe différentes méthodes pour atteindre le plateau orgasmique, la physiologie de l'orgasme reste identique, peu importe le site de la stimulation.

Q : Est-ce que j'éprouve les mêmes sensations que mon partenaire lorsque j'atteins l'orgasme ? Quelle est la différence entre l'orgasme pour les hommes et les femmes ?

Il existe plusieurs ressemblances dans la sensation de l'orgasme pour les hommes et les femmes, comme les spasmes généralisés, l'intimité émotionnelle, le sentiment d'extase et le plaisir satisfaisant, bien que l'intensité de ces sensations puisse différer entre les hommes et les femmes. La différence principale est que les hommes ressentent des « sensations de projection » alors que ce phénomène n'a pas été signalé communément chez les femmes.

Il est toutefois difficile de définir la sensation de l'orgasme et plusieurs personnes disent avoir de la difficulté à trouver les mots nécessaires à la description de la sensation. Bien que les rapports individuels sont particulièrement utiles pour ce type d'expérience personnelle, il existe d'autres moyens d'évaluer l'expérience. Les physiologistes ont observé certains signes objectifs comme les sensations corporelles, les endocrinologues ont étudié les hormones et les neurotransmetteurs et les spécialistes de l'imagerie du cerveau ont examiné l'activation dans cet organe. Toutes ces études ont suggéré que la physiologie de l'orgasme est très semblable pour les hommes et les femmes.

Q : Je porte un garçon depuis 6 mois et mon mari et moi avons discuté de la circoncision il y a quelques jours. Est-il nécessaire de circoncire notre garçon ?

La circoncision masculine a récemment été le sujet de beaucoup d'attention. La circoncision est une intervention chirurgicale par laquelle on retire le prépuce du pénis.

Plusieurs personnes se demandent si cette intervention est nécessaire et on n'est toujours pas parvenu à trouver une réponse concrète à cette question. La circoncision masculine est conçue pour éliminer un site où le smegma une sécrétion épaisse qui s'agglutine sous le prépuce) est susceptible de s'accumuler. Toutefois, grâce à une hygiène appropriée, cela ne représente pas un problème pour la plupart des gens. Certaines études scientifiques ont démontré que la circoncision peut réduire le risque d'infections transmises sexuellement (ITS) et d'autres infections bactériennes. Par contre, la recherche a également indiqué que les hommes dont le pénis n'est pas circoncis sont susceptibles de ressentir plus de plaisir au cours des relations sexuelles que les hommes circoncis.

En ce moment, environ 25 % des bébés sont circoncis au Canada ; ce chiffre diminue régulièrement depuis les dernières années. Toutefois, environ 50 % des bébés ontariens sont circoncis comparativement à 20 % des bébés dans les Maritimes. Le choix ultime repose sur votre préférence et celle de votre partenaire, mais la santé de votre fils n'en dépendra certainement pas.

Q : Comment faire pour obtenir un orgasme du point G ? Comment savoir si j'en ai obtenu un ?

Le point G est une grande région composée de la paroi antéro-inférieure du vagin, de l'urètre adjacent et des glandes avoisinantes. On peut le rejoindre en appliquant une pression profonde sur la région en utilisant deux doigts. Il a une texture différente que le reste du vagin. La texture du reste du vagin peut ressembler à celle des tissus mous de la partie intérieure de la joue tandis que celle du point G ressemblera plus à la texture de la voûte palatine. Au début, vous pourrez ressentir de l'inconfort et peut-être une envie d'uriner, mais cela fera place à du plaisir, de l'enflure et à un orgasme intense. Certaines femmes ressentent une sensation semblable à l'éjaculation lorsqu'elles atteignent l'orgasme par la stimulation du point G. Soyez patiente et amusez-vous !

Q : J'ai entendu dire que la prostate est supposée être une source de plaisir pour mon partenaire - comment puis-je la rejoindre et veuillez m'expliquer comment cela fonctionne ?

La prostate est située juste sous la vessie et elle est riche en terminaisons nerveuses. Elle joue un rôle dans la production de sperme pour l'urètre. Elle se trouve tout près du rectum et on peut la rejoindre par l'intermédiaire de l'anus. Plusieurs hommes trouvent qu'il est très agréable de stimuler cette zone par pénétration rectale (par un doigt, un accessoire sexuel, ou le pénis d'un partenaire). Certains hommes ne ressentent pas de plaisir lors de cette expérience et cela peut être causé par un étirement du sphincter anal ou par un manque de relaxation.

D'autres hommes, toutefois, ressentent leurs meilleurs orgasmes lorsqu'ils sont stimulés par voie anale; ils décrivent alors leur orgasme comme « tout simplement plus intense » que les orgasmes obtenus sans stimulation supplémentaire. Cela provient de la relation directe de la prostate au muscle de Kegel, un muscle qui s'étend de la base du pénis vers l'anus et dont on croit qu'il est responsable pour la longueur et l'intensité de l'orgasme. Assurez-vous d'être prudent lorsque vous stimulez la prostate, car on peut la meurtrir et il est possible de rompre le sphincter si vous êtes brusque; cela peut être douloureux.

Q : Est-il normal que je fantasme au sujet de choses dont mon partenaire ne fait pas partie ?

Les fantasmes sont très sains et les thérapeutes suggèrent souvent d'y faire appel pour intensifier l'orgasme pendant les relations sexuelles avec un partenaire. Le fantasme aide à diriger et à définir les objectifs érotiques, permet d'échapper à des environnements monotones ou oppressifs, apporte des éléments nouveaux et excitants à la relation et nous permet également de prévoir et d'anticiper des situations à venir. Toutefois, les fantasmes ne sont pas le reflet d'une insatisfaction avec la réalité et la plupart des gens ne passent pas du fantasme à l'acte. En réalité, les personnes qui ont des activités sexuelles plus fréquentes et des vies sexuelles plus satisfaisantes tendent à fantasmer davantage sur le plan érotique. Parmi les femmes dans la vingtaine, environ 49 % pense à la sexualité une fois par jour ou plus. En général, 46 % des hommes et 11 % des femmes pensent à la sexualité plusieurs fois par jour. En résumé, il est très normal que vous ayez des fantasmes où votre partenaire romantique est absent; c'est vraiment sain et même susceptible de bien servir votre vie sexuelle avec votre partenaire.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens