Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Santé féminine

Six « sonneries d'alarme » vis-à-vis de nos cellulaires

Il ne fait aucun doute que le téléphone cellulaire est vraiment pratique. Il offre un réseau de sécurité constant, une possibilité de communication instantanée avec les autres – et avec les services d'urgence – en cas de besoin. Mais cela pose-t-il des problèmes de santé ou de sécurité d'être à ce point hyperconnecté durant des périodes aussi longues ? Plutôt que de sombrer dans la panique des « Et si jamais… », restons branchés sur les 6 préoccupations suivantes relatives à l'usage du téléphone cellulaire et à la santé.

Sonnerie d'alarme : tumeurs et cancer

En réalité, votre téléphone cellulaire n'est pas un téléphone. C'est une radio avec émetteur-récepteur qui émet un rayonnement à faible puissance. Les téléphones cellulaires sont collés contre nos oreilles, nos joues et notre cou et nous exposent de façon très rapprochée à un champ d'ondes radioélectriques. Mais le fait de tenir un appareil radio près de notre tête nous expose-t-il à une quantité suffisante de rayonnement pour entraîner des tumeurs ou un cancer ?

À l'heure actuelle, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique qu'il est peu probable que l'exposition aux rayonnements d'un téléphone cellulaire « induise ou favorise l'apparition de cancers ». L'OMS passe en revue une quantité importante de recherches scientifiques sur le sujet, mais le rapport ne sera pas publié avant 2010.

Il est difficile de mesurer l'impact de l'exposition aux téléphones cellulaires puisqu'il faut à certains cancers plus de 10 ans pour se développer et que les statistiques sur l'emploi du cellulaire n'ont explosé que depuis les dernières années. Certaines recherches récentes sont toutefois parvenues à repérer des utilisateurs de plus de 10 ans et ont établi une association possible avec les tumeurs et les cancers du cerveau. La chaleur générée par les cellulaires et la proximité des radiofréquences émises ont été soupçonnées comme pouvant être à l'origine des tumeurs de la tête et du cou, et des glandes salivaires par exemple. En dépit de résultats non concluants, bon nombre de spécialistes de la santé favorisent le principe de précaution.

Sonnerie d'alarme : sécurité des enfants

Le dicton « Mieux vaut prévenir que guérir » s'applique tout particulièrement aux enfants qui utilisent un appareil cellulaire. Un petit enfant dont le cerveau est toujours en développement, dont les tissus sont plus mous et l'épaisseur du crâne plus mince, risque en effet d'être plus exposé à la pénétration des rayonnements qu'un adulte. Cela joint au fait que les enfants de nos jours ont tendance à se servir de leur téléphone cellulaire encore et toujours plus, et de plus en plus jeunes, le risque pour leur santé, s'il existe, pourrait donc augmenter. Il n'existe pas encore de données concluantes sur les dangers du téléphone cellulaire et la santé des enfants, mais beaucoup de chercheurs préconisent un usage restreint de cet appareil à titre de précaution.

Sonnerie d'alarme : conduite avec facultés affaiblies

Il n'est guère étonnant que plusieurs États des États-Unis aient interdit l'utilisation du téléphone cellulaire au volant : le fait de conduire en parlant avec son cellulaire peut entraîner des conséquences aussi graves que de conduire en état d'ébriété. Et cela est vrai qu'il s'agisse du cellulaire en main ou de la méthode supposément plus sûre du mains libres. Il ressort que le manque d'attention peut être un problème plus grave que de ne pas avoir ses mains sur le volant. Vous êtes pris dans une conversation téléphonique, votre attention est divisée entre l'écoute, la formulation de vos réponses, le fait de parler et la route devant vous.

Sonnerie d'alarme : contamination

Des chercheurs britanniques ont entaché la réputation des téléphones cellulaires à l'échelle mondiale quand ils ont publié les résultats de leurs tests avec écouvillon sur les appareils sans fil. Toute cette chaleur accumulée à partir du téléphone, de notre peau, de notre bouche, ou encore de nos poches, mallettes ou sacs à main où nous rangeons nos cellulaires, peut créer un terrain favorable aux bactéries qui peuvent entraîner un simple rhume, une infection à staphylocoques ou même une méningite. Mais n'appuyez pas sur le bouton panique ! La présence de bactéries n'entraîne pas nécessairement d'infection ; il vous suffit de nettoyer régulièrement la surface de votre téléphone pour le garder propre.

Sonnerie d'alarme : insomnie

Il ne fait aucun doute qu'une sonnerie ou un appel téléphonique malvenus puissent vous garder éveillé toute la nuit, mais les téléphones cellulaires peuvent tout particulièrement entraîner de l'insomnie. Dans une étude sur le sommeil, on a constaté que les participants exposés aux signaux sans fil durant trois heures, prenaient plus de temps à tomber dans le sommeil profond qu'un autre groupe non exposé à ces signaux. Certains ont aussi signalé des maux de tête.  Il se pourrait que les cellulaires soient aussi responsables du caractère parfois grincheux des adolescents, car on a trouvé que l'usage excessif du cellulaire par les adolescents avait tendance à favoriser l'agitation et la perturbation du sommeil.

Sonnerie d'alarme : infertilité

Tandis que les minutes passées au téléphone cellulaire augmentent, le nombre de spermatozoïdes diminue. C'est du moins ce que révèle une recherche parue dans le journal de l'American Society for Reproductive Medicine. Comparativement à d'autres hommes, ceux qui ont l'habitude de bavarder au téléphone plus de 4 heures par jour avaient un nombre moyen de spermatozoïdes moins élevé et également un nombre moins élevé de spermatozoïdes viables. Même si ce lien n'est pas à exclure, ces chercheurs poursuivent leurs recherches afin de déterminer si le rayonnement électromagnétique est la cause de cette baisse de production de sperme ou si le mode de vie et d'autres facteurs professionnels pourraient être en cause.

Une question de bon sens

  • Servez-vous de votre cellulaire uniquement quand c'est absolument nécessaire et privilégiez le téléphone fixe si possible.
  • Tenez-vous à distance du téléphone. Même quelques centimètres entre votre corps et votre téléphone peuvent diminuer les risques. Essayez le système mains libres, comme les écouteurs ou la fonction haut-parleur.
  • Essayez l'oreillette, comme ceux qui utilisent la technologie Bluetooth®. Ces systèmes émettent moins de rayonnement que l'appareil cellulaire classique tenu près de l'oreille.
  • Achetez un téléphone qui émet moins de rayonnement. Vous pouvez trouver sur internet l'émission de rayonnement des cellulaires en fonction de la marque. 
  • Si vous êtes parent et que vous envisagez de fournir un téléphone cellulaire à votre enfant, gardez à l'esprit les préoccupations de santé et de sécurité pour les jeunes. N'oubliez pas, non plus, que le téléphone cellulaire est bien plus qu'un simple téléphone et demandez-vous si votre enfant est capable de gérer de façon responsable un téléphone, une caméra, une connexion sur internet sans fil et un système de messagerie texte.  Pensez à quel point il peut être complexe de surveiller l'utilisation de tous ces outils.
  • Si vous êtes dans votre voiture et que vous devez faire un appel, prenez le temps de vous retirer de la voie de circulation pour faire votre appel dans un endroit sans danger.
  • Fermez votre téléphone cellulaire pour vous assurer de ne pas être dérangé pendant que vous dormez.
  • Pour garder une certaine distance entre votre corps et votre cellulaire, ne portez pas votre téléphone dans votre poche ou à la ceinture.

Amy Toffelmire


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens