Polyarthrite rhumatoïde

Anti rhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM)

Dans la polyarthrite rhumatoïde, les anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) ralentissent ou empêchent l'attaque des articulations par le système immunitaire. Les ARMM sont souvent utilisés en association ou combinés à d'autres médicaments, comme les agents biologiques.

La manière dont les ARMM suppriment le système immunitaire n'est pas entièrement comprise. On suppose qu'ils bloquent l'action des globules blancs (cellules chargées de détruire les substances étrangères dans l'organisme). Certains ARMM peuvent également bloquer d'autres substances organiques intervenant dans le déclenchement de l'inflammation (comme les prostaglandines).

Les ARMM utilisés au Canada dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont les suivants :

  • azathioprine (Imuran® et génériques)
  • cyclosporine (Neoral® et génériques)
  • aurothérapie ou aurothiomalate sodique (Myochrysine® et génériques)
  • hydroxychloroquine (Plaquenil® et génériques)
  • leflunomide (Arava® et génériques)
  • méthotrexate (Methotrexate® et génériques)
  • penicillamine (Cuprimine®)
  • sulfasalazine (Salazopyrin® et génériques)
  • tacrolimus (Prograf®)
L'azathioprine (Imuran® et génériques)
  • À quoi sert-elle ? L'azathioprine bloque l'action du système immunitaire et est utilisée dans les cas graves de polyarthrite rhumatoïde, lorsque le patient n'a pas répondu aux autres traitements.
  • Comment l'utiliser ? Les comprimés d'azathioprine se prennent une ou deux fois par jour. L'injection est administrée par voie intraveineuse (dans une veine).
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? L'azathioprine peut entraîner une infection, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une fièvre, une sensation gênante et des douleurs musculaires. Elle peut également augmenter le risque de cancer, surtout le risque de cancer de la peau et de lymphome (cancer qui touche les globules blancs dans le système lymphatique), et causer une baisse anormale du nombre de globules blancs et (ou) de plaquettes. L'azathioprine peut être nocive pour l'enfant à naître, si bien que les femmes enceintes ne doivent pas prendre ce médicament.
La cyclosporine (Neoral ® et génériques)
  • À quoi sert-elle ? La cyclosporine bloque l'action du système immunitaire. Elle est utilisée dans les cas graves de polyarthrite rhumatoïde, lorsque les autres traitements ne conviennent pas ou ne sont pas tolérés.
  • Comment l'utiliser ? La cyclosporine se prend par la bouche (voie orale), généralement deux fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? La cyclosporine peut entraîner une infection, une élévation de la tension artérielle, des tremblements, des maux de tête, un engourdissement ou des picotements, des nausées, des vomissements, des maux de ventre, une diarrhée, une hypertrophie (enflure) des gencives, des crampes ou des douleurs musculaires et de la fatigue. Elle peut également augmenter le risque de cancer.
Les sels d'or ou l'aurothiomalate sodique (Myochrysine®)
  • À quoi servent-ils ? On pense que les sels d'or agissent en interrompant les processus organiques responsables de l'inflammation, ce qui a pour effet de réduire l'inflammation associée à la polyarthrite rhumatoïde.
  • Comment les utiliser ? Les sels d'or s'injectent dans un muscle (injection intramusculaire ou i.m.) une fois par semaine jusqu'à ce que les pleins bienfaits soient observés, et toutes les deux à quatre semaines par la suite. L'injection est pratiquée par un professionnel de la santé.
  • Quels sont certains de leurs effets secondaires connus ? Les sels d'or peuvent entraîner des réactions au point d'injection (par ex. irritation, douleur), une éruption cutanée, des ulcères cutanés, l'augmentation du taux de protéines dans les urines, une baisse du nombre de globules blancs et des ecchymoses ou des saignements anormaux.
L'hydroxychloroquine (Plaquenil® et génériques)
  • À quoi sert-elle ? La manière dont l'hydroxychloroquine agit sur les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde n'est tout à fait claire, mais on pense qu'elle réduit l'inflammation articulaire. Ce médicament est utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde chez les personnes qui n'ont pas répondu aux autres traitements.
  • Comment l'utiliser ? L'hydroxychloroquine se prend par la bouche, généralement une fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? L'hydroxychloroquine peut entraîner une éruption cutanée, des changements au niveau de la peau, une perte de cheveux, des nausées, de la diarrhée, une diminution de l'appétit, des maux de ventre et des changements au niveau de la cornée susceptibles d'occasionner des problèmes de vue (par ex. vision trouble, cécité crépusculaire).
Le léflunomide (Arava® et génériques)
  • À quoi sert-il ? On pense que le léflunomide agit en interrompant les processus organiques responsables de l'inflammation, ce qui a pour effet de réduire l'inflammation associée à la polyarthrite rhumatoïde.
  • Comment l'utiliser ? Le léflunomide se prend par la bouche, généralement une fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le léflunomide peut entraîner une élévation de la tension artérielle, des problèmes d'estomac (par ex. nausées, vomissements, diarrhée), une perte de poids, des maux de tête, des étourdissements, une faiblesse, une perte de cheveux, un eczéma, une sécheresse cutanée, des picotements à la surface de la peau, une éruption cutanée, des ulcères buccaux et des maux de ventre. Il peut également causer des lésions au foie et augmenter le risque d'infections graves, dont la septicémie (une infection bactérienne qui se propage dans l'organisme tout entier). La grossesse doit être évitée si l'un des partenaires prend du léflunomide car ce médicament peut causer des anomalies congénitales et entraîner la mort du fœtus. Les personnes qui prennent ce médicament doivent utiliser une méthode de contraception adéquate. La grossesse doit être évitée pendant un minimum de deux ans après la fin du traitement par le léflunomide. Les hommes doivent continuer d'utiliser une méthode de contraception fiable pendant deux ans après la fin du traitement par le léflunomide.
Le méthotrexate (Methotrexate ® et génériques)
  • À quoi sert-il ? La manière dont le méthotrexate agit sur les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas tout à fait claire, mais on pense qu'il réduit l'inflammation et bloque l'action du système immunitaire.
  • Comment l'utiliser ? Le méthotrexate se prend habituellement par la bouche, une fois par semaine. Le méthotrexate peut également être administré en injection, à des intervalles déterminés par le médecin.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le méthotrexate peut occasionner des ulcères buccaux, des nausées, des maux de ventre ou une gêne abdominale, des étourdissements, de la fatigue, une sensation gênante, une fièvre, des frissons, des nausées ou des vomissements, une éruption cutanée et une infection. La grossesse doit être évitée si l'un des partenaires prend du méthotrexate car ce médicament peut causer des anomalies congénitales. La grossesse doit être évitée pendant un minimum de trois mois après la fin du traitement par le méthotrexate. Ce médicament peut également entraîner une augmentation du taux d'enzymes hépatiques qui, à la longue, peut devenir problématique. Votre médecin surveillera régulièrement le fonctionnement de votre foie pendant que vous prenez du méthotrexate.
La pénicillamine (Cuprimine®)
  • À quoi sert-elle ? La manière dont la pénicillamine agit sur les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas tout à fait claire. La pénicillamine est utilisée pour traiter la polyarthrite rhumatoïde chez les personnes qui n'ont pas répondu aux autres traitements.
  • Comment l'utiliser ? La pénicillamine se prend par la bouche, habituellement une fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? La pénicillamine peut occasionner une éruption cutanée, une diminution de l'appétit, une douleur dans le haut de l'abdomen, des nausées, des vomissements, une diarrhée, une altération du goût, une diminution du nombre de globules blancs, des saignements ou des ecchymoses anormaux et une augmentation du taux de protéines dans les urines. Elle peut également entraîner des ulcères buccaux, une baisse du nombre de cellules sanguines, des tintements d'oreille, des problèmes de vue (dus à l'inflammation du nerf optique) et des lésions nerveuses. Certaines personnes qui prennent ce médicament peuvent également présenter un effet appelé fièvre médicamenteuse, qui se manifeste habituellement de deux à trois semaines après le début du traitement. Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser ce médicament.
La sulfasalazine (Salazopyrin® et génériques)
  • À quoi sert-elle ? La manière dont la sulfasalazine agit sur les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas tout à fait claire, mais on pense qu'elle réduit l'inflammation et bloque l'action du système immunitaire. La sulfasalazine est utilisée pour traiter la polyarthrite rhumatoïde chez les personnes qui n'ont pas répondu aux autres traitements.
  • Comment l'utiliser ? La sulfasalazine se prend par la bouche, habituellement deux fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? La sulfasalazine peut entraîner des nausées, des vomissements, des dérangements d'estomac, une diminution de l'appétit, des maux de tête, une peau bleuâtre due à la baisse du taux d'hémoglobine dans le sang et une infection.
Le tacrolimus (Prograf ®)
  • À quoi sert-il ? Le tacrolimus inhibe le système immunitaire et est utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde lorsque les autres ARMM ne conviennent pas ou lorsque les patients n'ont pas répondu aux autres traitements.
  • Comment l'utiliser ? Le tacrolimus se prend par la bouche, une fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le tacrolimus peut entraîner une infection, des tremblements, de la constipation, de la diarrhée, des maux de tête, des maux de ventre, une élévation de la tension artérielle, des troubles du sommeil et des nausées. Le tacrolimus peut également augmenter le risque de lymphome (cancer qui touche les globules blancs dans le système lymphatique), léser le système nerveux et les reins.

Les ARMM peuvent avoir des effets secondaires rares mais graves, comme les réactions allergiques, une diminution de la capacité à combattre les infections, des problèmes de coagulation sanguine, une augmentation du risque de cancer ainsi que des lésions aux reins, au foie et à la moelle osseuse.

Il se peut que votre médecin vous recommande de subir des analyses de sang et de vous soumettre à des examens à intervalles réguliers pendant votre traitement contre la polyarthrite rhumatoïde. Demandez-lui de vous dire quels effets secondaires il convient de surveiller et de lui signaler.

Guide pour la discussion avec le médecin Plan de traitement Le saviez-vous ?


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens