Polyarthrite rhumatoïde

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les anti inflammatoires non stéroïdiens (AINS) atténuent la douleur et l'inflammation articulaires. Ils sont généralement utilisés en premier lieu, dès l'établissement du diagnostic de polyarthrite rhumatoïde. Il existe de nombreux AINS.

On pense que les AINS agissent en bloquant les effets des enzymes COX-1 et COX- 2. Ces enzymes participent à la fabrication d'une substance, la prostaglandine, qui déclenche l'enflure et l'inflammation. En empêchant la production de prostaglandine, les AINS aideraient à réduire l'inflammation.

Les AINS souvent utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont les suivants :

  • célécoxib (Celebrex®)
  • diclofénac (Voltaren®, Arthrotec® [en association avec le misoprostol] et génériques)
  • ibuprofène (Advil®, Motrin® et génériques)
  • indométhacine (Indocid® et génériques)
  • méloxicam (Mobicox® et génériques)
  • naproxène (Naprosyn® et génériques)
Le célécoxib (Celebrex®)
  • À quoi sert-il ? La manière dont le célécoxib agit n'est pas entièrement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition de l'enzyme COX-2 pour réduire la production de prostaglandines.
  • Comment l'utiliser ? Le célécoxib se prend par la bouche, habituellement deux fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le célécoxib peut entraîner des maux de ventre, de la diarrhée, une indigestion, des nausées et des étourdissements. Le célécoxib peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également occasionner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères. Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser ce médicament, surtout si elles sont dans le troisième trimestre.
Le diclofénac (Voltaren , Arthrotec® [en association avec le misoprostol] et génériques)
  • À quoi sert-il ? La manière dont le diclofénac agit n'est pas entièrement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition des prostaglandines responsables de l'inflammation.
  • Comment l'utiliser ? Le diclofénac se prend par la bouche, de une à trois fois par jour selon la préparation.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le diclofénac peut occasionner des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des brûlures d'estomac ou une indigestion, des maux de ventre, des gaz, une diminution de l'appétit, des étourdissements, des maux de tête et une éruption cutanée. Le diclofénac peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également occasionner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères. Les femmes enceintes ne doivent pas prendre de diclofénac en association avec du misoprostol (Arthrotec®). La grossesse doit être exclue avant d'entreprendre le traitement par ce médicament.
L'ibuprofène (Advil®, Motrin® et génériques)
  • À quoi sert-il ? La manière dont l'ibuprofène agit n'est pas complètement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition des prostaglandines responsables de l'inflammation.
  • Comment l'utiliser ? L'ibuprofène se prend par la bouche, toutes les quatre heures au besoin.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? L'ibuprofène peut occasionner des nausées, des douleurs dans le haut de l'abdomen, des brûlures d'estomac, de la diarrhée, des vomissements, une indigestion, de la constipation, des crampes abdominales, des ballonnements, des gaz, le tournis, des étourdissements, des maux de tête, de la nervosité, des démangeaisons, une éruption cutanée, des tintements d'oreille, une diminution de l'appétit, une enflure et une rétention liquidienne. L'ibuprofène peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également occasionner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères.
L'indométhacine (Indocid® et génériques)
  • À quoi sert-elle ? La manière dont l'indométhacine agit n'est pas complètement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition des prostaglandines responsables de l'inflammation.
  • Comment l'utiliser ? L'indométhacine se prend par la bouche, deux ou trois fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? L'indométhacine peut occasionner des vomissements, une indigestion, de la diarrhée, de la constipation, des maux de tête, des étourdissements, le tournis, de la somnolence, une dépression et des tintements d'oreille. L'indométhacine peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également entraîner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères.
Le méloxicam (Mobicox® et génériques)
  • À quoi sert-il ? La manière dont le méloxicam agit n'est pas complètement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition de l'enzyme COX-2 pour réduire la production de prostaglandines.
  • Comment l'utiliser ? Le méloxicam se prend par la bouche, habituellement une fois par jour.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le méloxicam peut occasionner une indigestion, des nausées, des maux de ventre, de la diarrhée, une éruption cutanée, une sensation de tête légère et des maux de tête. Le méloxicam peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également entraîner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères.
Le naproxène (Naprosyn® et génériques)
  • À quoi sert-il ? La manière dont le naproxène agit n'est pas complètement comprise, mais on suppose qu'il intervient dans l'inhibition des prostaglandines responsables de l'inflammation.
  • Comment l'utiliser ? Le naproxène se prend par la bouche, une ou deux fois par jour selon la préparation.
  • Quels sont certains de ses effets secondaires connus ? Le naproxène peut occasionner des brûlures d'estomac, de la constipation, des maux de ventre, des nausées, de la diarrhée, une indigestion, des saignements gastriques, des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence, de la fatigue, une sensation de tête légère, une transpiration excessive, un essoufflement, une enflure, des tintements d'oreille, des troubles de l'audition et des problèmes cutanés. Le naproxène peut augmenter le risque de crise cardiaque, d'AVC et de formation de caillots sanguins. Il peut également entraîner une élévation de la tension artérielle, aggraver une insuffisance cardiaque existante et augmenter le risque d'hémorragies et d'ulcères.

Nombre des effets secondaires gastro-intestinaux décrits pour ces AINS peuvent être minimisés en prenant le médicament avec de la nourriture ou en prenant un autre médicament pour protéger la paroi de l'estomac. Les effets secondaires graves à surveiller sont la rétention liquidienne, l'élévation de la tension artérielle, les ulcères, les saignements gastriques, les problèmes cardiaques (dont le risque de crise cardiaque ou d'AVC) et les problèmes rénaux.

Demandez à votre professionnel de la santé de vous parler davantage des AINS dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde.

Guide pour la discussion avec le médecin Plan de traitement Le saviez-vous ?


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens