22 OCTOBRE
Certaines parties de ce contenu ont été rendues possible avec le soutien de Novartis

Bulletin Santé

Prenez votre santé en main avec notre bulletin d'information. Demeurez informé et en bonne santé!

Sign Up

Sclérose en plaques

Les médicament aux effets immunomodulateurs

Il n'existe pas actuellement de traitement curatif de la SEP. Il y a toutefois 2 principaux types de traitements disponibles contre cette affection - ceux qui peuvent changer le cours de l'affection et protéger la capacité fonctionnelle (le médicament modificateurs de l'affection), et ceux qui peuvent être utilisés pour soulager des symptômes spécifiques de la SEP ou atténuer les symptômes des récidives.

Les médicaments modificateurs de l'affection ci-après sont employés contre la SEP et ils sont offerts au Canada :

Pour obtenir des renseignements plus détaillés sur chaque médicament, cliquez sur son nom.

En employant le bon traitement, vous pouvez mener une vie normale en dépit de la SEP et conserver votre capacité fonctionnelle ! Discutez avec votre médecin pour trouver un traitement qui vous conviendra.

Click here for a quick comparison of the disease-modifying medications for MS.

Quelle action exerce-t-il ?

RebifMD est employé par les personnes atteintes de formes récurrentes de SEP pour :

  • ralentir l'évolution de la déficience physique ;
  • espacer la fréquence et atténuer la gravité des récidives ;
  • diminuer le nombre d'hospitalisations dues à la SEP ;
  • atténuer le besoin de prendre des médicaments corticostéroïdes ;
  • entraver la progression des lésions cérébrales mises en évidence lors d'un examen par IRM.

RebifMD est également employé par les personnes atteintes de SEP progressive secondaire (et qui ont encore des récidives) pour :

  • espacer la fréquence des récidives ;
  • entraver la progression des lésions cérébrales mises en évidence lors d'un examen par IRM.

Comment l'emploie-t-on ?

RebifMD se donne 3 fois par semaine en injection sous la peau. Une injection sous la peau porte aussi le nom d'injection sous-cutanée (s.-c.). RebifMD est offert en seringues préremplies, la solution n'a donc pas besoin d'être mélangée avant l'emploi. Le temps de préparation est par conséquent moins long et le processus plus simple : 1 injection, 3 fois par semaine.

Quels sont les principaux effets secondaires ?

Les effets secondaires les plus courants de RebifMD comportent des symptômes semblables à ceux de la grippe, des réactions au lieu d'injection, une diminution du nombre des globules blancs et une élévation du taux d'enzymes hépatiques. Ces symptômes sont généralement légers et s'atténuent avec le temps.

Parmi les autres effets secondaires qui peuvent se manifester, mais moins couramment, on retrouve :

  • une anémie,
  • un état dépressif,
  • de la diarrhée,
  • une perte de l'appétit,
  • une chute des cheveux,
  • une inflammation du foie,
  • une démangeaison,
  • de la difficulté à dormir,
  • des étourdissements,
  • un état de nervosité,
  • des palpitations,
  • une éruption cutanée,
  • le relâchement et l'élargissement des vaisseaux sanguins,
  • un dérèglement de la thyroïde,
  • des vomissements.

Quelle action exerce-t-il ?

Avonex® est employé par les personnes atteintes de formes récurrentes de la SEP pour :

  • ralentir l'évolution de la déficience ;
  • espacer la fréquence des récidives ;
  • diminuer le nombre et le volume des lésions cérébrales évolutives ainsi que la surface lésionnelle totale mise en évidence lors d'un examen par IRM.

Avonex® est également employé par les personnes atteintes de SEP progressive secondaire (et qui ont tout de même des récidives) pour :

  • espacer la fréquence des récidives ;
  • entraver la progression des lésions cérébrales mises en évidence lors d'un examen par IRM.

Les personnes qui ont subi une seule crise de SEP (aussi désignée épisode de démyélinisation) et qui ont obtenu des résultats anormaux à un examen par IRM, pourraient avoir recours à Avonex® pour :

  • retarder l'apparition d'une SEP cliniquement définie ;
  • diminuer le nombre et le volume des lésions cérébrales évolutives ainsi que la surface lésionnelle totale mise en évidence lors d'un examen par IRM.

Comment l'emploie-t-on ?

Ce médicament est donné 1 fois par semaine sous forme d'injection unique dans un muscle. Une injection dans l'épaisseur d'un muscle porte aussi le nom d'injection intramusculaire (i.m.). Avant de vous donner vous-même une injection intramusculaire, veillez à recevoir une formation adéquate sur la technique d'auto-injection i.m. Votre médecin déterminera si l'auto-injection est une méthode opportune en ce qui vous concerne. Avonex® est offert dans une seringue préremplie, la solution n'a donc pas besoin d'être mélangée avant l'emploi. Le temps de préparation est par conséquent moins long et le processus plus simple : 1 injection, 1 fois par semaine.

Quels sont les principaux effets secondaires ?

Avonex® déclenche des effets secondaires, les plus courants se manifestent sous forme de symptômes semblables à ceux de la grippe, notamment une fièvre, des frissons, de la sudation, un vague endolorissement musculaire et de la fatigue.

Parmi d'autres effets secondaires moins communs, on retrouve :

  • un état dépressif,
  • des problèmes de production de sang,
  • des troubles hépatiques,
  • des problèmes de la thyroïde,
  • des crises convulsives,
  • des problèmes cardiaques.

Quelle action exerce-t-il ?

Betaseron® est employé par les personnes atteintes d'une forme cyclique (poussées-rémissions) de la SEP. Il peut espacer la fréquence des récidives. Il peut aussi s'utiliser pour retarder l'apparition d'une SEP cliniquement définie pour les personnes qui ont subi une seule crise de SEP (aussi désignée épisode de démyélinisation) et qui présentent au moins 2 lésions caractéristiques de la SEP mises en évidence lors d'un examen par IRM.

Il est également employé par les personnes atteintes de SEP progressive secondaire pour :

  • ralentir l'évolution de la déficience ;
  • espacer la fréquence des récidives.

Comment l'emploie-t-on ?

Betaseron® se donne sous forme d'injection tous les 2 jours (3 ou 4 injections par semaine) sous la peau. Une injection sous la peau porte aussi le nom d'injection sous-cutanée (s.-c.). Betaseron® est une préparation qui doit être mélangée avant l'emploi.

Quels sont les principaux effets secondaires ?

Les effets secondaires les plus courants de Betaseron® comportent des symptômes semblables à ceux de la grippe et des réactions au lieu d'injection.

Parmi les autres effets secondaires qui peuvent se manifester, mais moins couramment, on retrouve :

  • des problèmes de production de sang,
  • des troubles hépatiques,
  • une éruption cutanée,
  • un état dépressif ,
  • une rétention d'eau ,
  • des crises épileptiques.

Quelle action exerce-t-il ?

Copaxone® est employé par les personnes atteintes de la forme cyclique (poussées-rémissions) de la SEP pour espacer la fréquence des récidives.

Comment l'emploie-t-on ?

Copaxone® se donne 1 fois par jour (soit 7 fois par semaine) sous forme d'injection sous la peau. Une injection sous la peau porte aussi le nom d'injection sous-cutanée (s.-c.). Copaxone® est offert dans une seringue préremplie, la solution n'a donc pas besoin d'être mélangée avant l'emploi. Le temps de préparation est par conséquent moins long et le processus plus simple : 1 injection, 1 fois par jour.

Quels sont les principaux effets secondaires ?

Parmi les effets secondaires de Copaxone®, on observe :

  • des réactions au lieu d'injection,
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe,
  • le relâchement et l'élargissement des vaisseaux sanguins,
  • une douleur thoracique,
  • de la faiblesse (un manque de force),
  • une infection,
  • de la douleur,
  • de la nausée,
  • des articulations douloureuses,
  • de l'anxiété.

Copaxone® peut aussi causer une réaction immédiatement après l'injection. Il s'agit d'une réaction qui se produit quelquefois juste après l'injection du médicament. Durant cette réaction, on observe parfois des symptômes comme des bouffées de chaleur (une sensation de chaleur ressentie au visage ou une rougeur), de l'anxiété, une respiration difficile, une sensation d'oppression ou de douleur thoracique et des palpitations. Ces symptômes apparaissent généralement dans l'espace de quelques minutes après l'injection, ils durent approximativement 15 minutes et disparaissent spontanément sans causer d'autres problèmes.

Tysabri® est employé par les personnes qui ne peuvent avoir recours à d'autres traitements contre la SEP ou pour qui d'autres traitements contre la SEP n'ont pas été efficaces.

Quelle action exerce-t-il ?

Ce médicament est employé par les personnes atteintes d'une forme cyclique (poussées-rémissions) de la SEP pour :

  • espacer la fréquence des récidives ;
  • diminuer le nombre et le volume des lésions cérébrales évolutives mises en évidence lors d'un examen par IRM ;
  • retarder l'évolution de la déficience physique.

Comment l'emploie-t-on ?

Tysabri® se donne sous forme de perfusion intraveineuse (i.v.) (une injection lente et continue dans une veine), 1 fois toutes les 4 semaines. Un professionnel de la santé doit mettre en place la perfusion qui est donnée dans une clinique de perfusion. La perfusion dure habituellement 1 heure. Durant votre perfusion, et l'heure qui suit la fin de ce procédé, un professionnel de la santé vous surveillera et guettera les signes de réactions au médicament (aussi désignés réactions à la perfusion).

Quels sont les principaux effets secondaires ?

Parmi les effets secondaires déclenchés par Tysabri®, on retrouve :

  • des étourdissements,
  • des maux de tête,
  • des douleurs articulaires,
  • de la nausée ou des vomissements,
  • un embarras de la respiration nasale,
  • des maux de gorge,
  • de la fatigue,
  • une infection des voies urinaires.

Parmi les effets secondaires qui se manifestent moins couramment, on a observé :

  • une leucoencéphalite multifocale progressive ou LEMP, infection cérébrale rare, mais grave, pouvant entraîner une déficience plus importante et même la mort (les symptômes d'une LEMP sont semblables à ceux d'une récidive de la SEP) ;
  • des réactions liées à la perfusion (des maux de tête, des étourdissements, de la fatigue, de l'urticaire ou des frissons qui se produisent dans les 2 heures qui suivent la mise en place de la perfusion).

Si vous observez la survenue de nouveaux symptômes de SEP, ou si votre SEP semble empirer, ce pourrait être un signe de LEMP. Consultez votre médecin aussitôt que possible si c'est le cas.

Outil de vérification du traitement

Suivez-vous actuellement un traitement contre la sclérose en plaques?

 1  2  3 4 5 6 7 8 9 10 11 

Oui Non

Il est peut-être temps de parler avec votre neurologue. Complétez ce questionnaire pour savoir quelle devrait être la prochaine chose à faire pour mieux contrôler votre maladie.

Avez-vous récemment consulté votre neurologue au sujet de votre maladie?

Utilisez le Guide de discussion avec le médecin afin de vous aider à organiser vos questions et les renseignements que vous avez pour lui.

N'oubliez pas d'apporter le résumé avec vous.

OBTENIR MON GUIDE DE DISCUSSION AVEC LE MÉDECIN






















Oui Non

Vous avez terminé votre vérification du traitement. Cliquez ci-dessous pour obtenir vos résultats!

Obtenez vos résultats
Selon vos réponses, il pourrait être temps d'aborder la question du traitement optimal avec votre neurologue.
Imprimer vos résultats Enregistrer au format PDF

Et après?

1. Ayez ces résultats en main lors de votre rendez-vous:

2. Utilisez le Guide de discussion avec le médecin afin de vous aider à organiser vos questions que vous souhaitez poser au médecin et les renseignements que vous avez pour lui. Ayez vos résultats en main lors de votre rendez-vous.

3. Apprenez-en davantage sur la façon de tirer le maximum de votre traitement:


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens