Soins de la peau

Antisudorifique, déodorant ou tous les deux ?

Les auréoles que pourrait causer notre transpiration aux aisselles, et notre odeur corporelle, engendrent une peur qui s'avère profitable pour les fabricants de produits de soins personnels. Marchez de long en large dans l'allée des déodorants et des antisudorifiques, et vous pourriez mouiller votre chemise pendant que vous essayez de fixer votre choix sur un produit.

Quelle est la différence entre un antisudorifique et un déodorant ?

Vous devez tenir compte de 2 faits importants en ce qui concerne la sueur : elle est essentiellement composée d'eau et elle est inodore. C'est exact : ce sont les bactéries qui vivent sur ou sous notre peau qui donnent à la sueur une odeur désagréable. Les antisudorifiques sont conçus pour prendre en charge la moiteur, tandis que le déodorant modifie la puanteur due à l'action des bactéries.

Les appellations de ces 2 produits sont confondues sans arrêt, et certaines préparations font double emploi en agissant à la fois comme antisudorifique et déodorant. Mais le mode d'action des 2 produits est tout à fait différent et d'ailleurs chacun d'eux est réglementé différemment.

Selon Santé Canada, un déodorant est un produit de beauté étant donné qu'il s'utilise uniquement pour masquer ou neutraliser l'odeur corporelle imputable aux bactéries. Par ailleurs, on juge qu'un antisudorifique est un « médicament » parce qu'il modifie bel et bien la fonction de la peau, même s'il ne bloque la sueur que temporairement.

Comment agissent-ils ?

Les déodorants : nos aisselles hébergent un grand nombre de glandes sudoripares. Elles forment des abris dont la chaleur est propice à la croissance des bactéries. Les déodorants contiennent des ingrédients acides ou salés qui les rendent un peu moins hospitalières. Sans bactéries, la sueur n'a pas d'odeur. Quelques déodorants contiennent aussi des parfums qui masquent les odeurs corporelles désagréables.

Les antisudorifiques : lisez l'étiquette apposée sur la plupart des antisudorifiques, et vous constaterez que les ingrédients actifs comportent des composés d'aluminium. Ces composés sont absorbés par la peau. Ils endiguent la transpiration en bouchant temporairement les conduits sudoripares. Ce « bouchon » ne reste en place que peu de temps, c'est la raison pour laquelle il faut renouveler l'application d'un antisudorifique pour tirer parti de sa protection.

Quel produit choisir ?

Puisque beaucoup de produits renferment à la fois des ingrédients antisudorifiques et déodorants, vous utiliserez probablement l'un ou l'autre sans trop y penser. En fait, c'est une question de préférence. Basez votre décision sur vos besoins personnels. Examinez tout d'abord l'aspect de la transpiration contre lequel vous désirez prendre des mesures : la moiteur ou l'odeur - ou les deux ?

Des personnes recherchent un produit ayant le pouvoir de lutter à la fois contre la sueur et la puanteur. Tandis que d'autres privilégient le déodorant à action unique. Choisissez une préparation sans parfum ou agrémentée de votre parfum préféré, et pensez aussi à son contact avec votre peau - préférez-vous une application humide ou sèche ? Vous pouvez adopter un produit pour peau sensible, ou l'un des divers substituts sans aluminium fabriqués avec des cristaux de sels minéraux.

Faudrait-il que j'utilise les nouvelles préparations antisudorifiques plus efficaces à l'action « thérapeutique » ?

Quelques antisudorifiques et déodorants portent la désignation « sport » ou « action thérapeutique ». Quelques-uns se procurent sur ordonnance, tandis que d'autres se retrouvent sur les étagères d'une pharmacie. Ce type de produit peut s'avérer utile aux personnes atteintes d'hyperhidrose (une sudation excessive) en freinant leur transpiration et l'odeur qui l'accompagne. Et il pourrait être l'allié dont vous avez justement besoin les jours où l'étanchéité compte un peu plus (en raison d'une entrevue d'emploi, la participation à un marathon - un de ces jours où tout pourrait aller de travers).

Au quotidien, une préparation ordinaire vous suffira probablement. Que la protection offerte par votre antisudorifique se décline en version « ordinaire », « extra » ou « super », vous réduisez tout de même votre transpiration d'environ 20 % à 30 %. Notez bien qu'aucun produit ne supprimera complètement la transpiration.

L'emploi des antisudorifiques et des déodorants est-il vraiment sans danger ?

Il n'y a pas si longtemps, le courrier électronique véhiculait des messages qui signalaient un lien entre l'aluminium renfermé dans les antisudorifiques et le risque de cancer du sein. La perception de ce lien s'expliquerait peut-être par les mises en garde formulées contre l'application d'un antisudorifique ou d'un déodorant avant une mammographie. Les résidus de ces produits sont susceptibles d'apparaître sur les clichés radiographiques et d'être interprétés comme des anomalies mammaires. Jusqu'à présent, la FDA, la Société américaine du cancer et le National Cancer Institute ont déclaré qu'aucune donnée scientifique ou médicale ne liait ces produits à un cancer du sein.

L'irritation cutanée est jusqu'à présent le seul risque attesté des déodorants ou des antisudorifiques. La plupart des préparations sont dotées d'un pH équilibré, ce qui signifie qu'elles ne sont pas suffisamment acides pour provoquer des réactions cutanées. Cependant, toute personne qui observe l'apparition d'une éruption ou d'une irritation cutanée après l'emploi d'un produit devrait suspendre son application. N'appliquez jamais un antisudorifique ni un déodorant sur une éraflure ou une coupure.

Quels seraient des substituts naturels ?

En matière de déodorants : vous pouvez trouver des produits qui sont hypoallergéniques, non parfumés et sans colorant artificiel. Il a été difficile pendant longtemps de se procurer des déodorants à base de cristaux de sels de minéraux, ceux qui existaient ne s'appliquaient pas facilement en raison de leur forme semblable à celle d'une pierre. Mais de nos jours ils se passent sur la peau comme tout autre déodorant.

La pratique d'une bonne hygiène des aisselles est un bon moyen d'éviter le besoin d'appliquer un déodorant : veillez à ce que vos aisselles soient sèches et propres, et vous serez en mesure d'espacer son usage sans crainte. À la rigueur, tamponnez vos aisselles avec une débarbouillette humide saupoudrée de bicarbonate de soude. Ce produit neutralise l'odeur !

En matière d'antisudorifiques : si vous êtes une personne partisante de l'écologisme ou qui se préoccupe des risques que pourrait poser l'aluminium pour la santé, il serait préférable que vous évitiez complètement les antisudorifiques. La perspiration est l'un des mécanismes de rafraîchissement naturel de notre corps, alors il est peut-être préférable de ne pas trop nous échauffer à ce sujet.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens